L’université Claude-Bernard-Lyon-I (ou parfois UCBL) est une université française spécialisée dans les domaines des sciences et technologies, de la santé et des sciences du sport. Elle a été créée officiellement en 1971 par le regroupement de la faculté des sciences de Lyon, fondée en 1808 et de la faculté de médecine, fondée en 1874. Elle doit son nom au physiologiste Claude Bernard. Depuis 2007, elle fait partie de l’université de Lyon.

Bien que multi-localisée, les bâtiments principaux de l’université sont situés sur le campus de la Doua à Villeurbanne et dans le 8e arrondissement de Lyon (campus Rockefeller et la Buire).

Historique

Origines

Le décret du 17 mars 1808 crée les académies dont celle de Lyon, ainsi que les facultés lyonnaises des sciences et des lettres ; la faculté mixte de médecine et de pharmacie est créée par la loi du 8 novembre 1874. La faculté des sciences s’installe quai Claude-Bernard en 1883 dans les locaux de l’actuelle université Lumière Lyon 2 puis fusionne avec les autres facultés lyonnaises en 1885. La loi du 10 juillet 1896 donne naissance à l’université de Lyon. En 1930, la faculté de médecine s’installe sur le domaine Rockefeller ; la faculté de sciences s’installe à la Doua en 1963.

Création de l’université Lyon-I

L’université Claude Bernard Lyon 1 est créée par décret le . Elle comprend en quelques années plusieurs sites (première période de développement) : Rockefeller (faculté de médecine installée dès 1930, originellement la faculté de médecine Grange-Blanche), aujourd’hui accueillant l’UFR de médecine Lyon Est, l’Institut des sciences pharmaceutiques et biologiques), le campus de la Doua (faculté des sciences et sport qui s’installe entre 1963 et 1964 sur l’ancien hippodrome du Grand Camp de Villeurbanne), Lyon Sud (faculté de médecine créée en 1970), le domaine de la Buire (UFR de médecine RTH Laënnec et d’odontologie, édifiée en 1974, anciennement nommée Alexis Carrel), l’Observatoire de Lyon installé sur la commune de Saint-Genis-Laval (établissement créé en 1878 et rattaché à l’université en juin 1899) et le site de la station de biologie marine de Tamaris-sur-Mer (près de Toulon, La Seyne-sur-Mer), fondée en 1890.

Depuis son origine, l’université Claude-Bernard-Lyon-I s’enrichit en sites en même temps que se développent les laboratoires de recherche (aujourd’hui plus d’une centaine) et le nombre des étudiants qui viennent s’y former (plus de 36 000 en 2011). Les sites de la deuxième période de développement sont ceux de la rue de France à Villeurbanne (IUT B), de Bourg-en-Bresse qui accueille deux départements de l’IUT A, de Roanne, de Gerland qui abrite depuis 2005 l’Institut de science financière et d’assurances.

Avec l’arrivée de la réforme LRU (Loi Relative aux libertés et responsabilités des Universités), les ESPE de Saint-Étienne, Lyon Croix-Rousse, Villeurbanne et Bourg-en-Bresse ont rejoint l’université en tant que composantes.

Le le bâtiment Présidence de l’université a été baptisé du nom de Julie-Victoire Daubié, première femme française bachelier en 1861. C’est l’université de Lyon qui, en pionnière, avait osé autoriser une femme à se présenter à l’épreuve.

En 2011, elle est constituée de 14 sites dans la région (443 000 mètres carrés de surface), forte de 2 630 enseignants chercheurs et enseignants, ainsi que 2 000 personnels BIATOSS. L’université se targue ainsi d’être l’un des premiers employeurs publics de la région Rhône-Alpes.

Composantes

L’université compte cinq unités de formation et de recherche (ou facultés), trois instituts, cinq écoles, et un département indépendant.

Unités de formation et de recherche

  • La faculté de médecine Lyon-Est, dirigée par le doyen Jérôme Étienne, est chargée de la première année commune aux études de santé (PACES, conduisant aux cursus de médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique, kinésithérapie et ergothérapie. Au delà de la première année, elle assure la formation en médecine.
  • La faculté de médecine et de maïeutique Lyon-Sud – Charles Mérieux, dirigée par le doyen Carole Burillon assure les mêmes formations que la faculté de médecine Lyon-Est. Elle est située sur la commune d’Oullins.
  • La faculté d’odontologie, dirigée par le doyen Denis Bourgeois, est structurée en trois départements.
  • La faculté des sciences et technologies, dirigée par Fabien De Marchi, est structurée en sept départements : biologie, chimie-biochimie, génie électrique et des procédés (GEP), informatique, mathématiques, mécanique, et physique.
  • L’UFR des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (UFR STAPS), dirigée par Yannick Vanpoulle, a la charge des formations en sport.

Instituts

  • Institut des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques (ISPB)
  • Institut des Sciences et Techniques de Réadaptation (ISTR) assure les formations paramédicales qui permettent l’obtention des diplômes suivants :
    • Certificat de capacité d’Orthophonie (5 ans d’études)
    • Diplôme d’Etat de Psychomotricien (3 ans d’études)
    • Diplôme d’Etat d’Audioprothésiste (3 ans d’études)
    • Certificat de capacité d’Orthoptiste (3 ans d’études)
    • Diplôme d’Etat d’Ergothérapeute (3 ans d’études)
    • Diplôme d’Etat de Masseur-Kinésithérapeute (3 ans d’études)
  • Institut Universitaire de Technologie Lyon 1 (IUT)
  • Institut médico-légal de Lyon (IML)

Écoles

  • Polytech Lyon (ex EPUL, ex ISTIL)
  • Institut de Science Financière et d’Assurances (ISFA)
  • École supérieure du professorat et de l’éducation
  • Observatoire de Lyon
  • CPE Lyon (décret d’association d’août 2015)

Formation et recherche

Enseignement

Elle accueille chaque année plus de 40 000 étudiants dont plus de 80 % sont inscrits dans des filières professionnalisées : Santé, I.U.T., DEUST, licences professionnelles et masters professionnels, ingénieurs. Quasiment toutes les formations de sciences et des activités physiques et sportives ont adopté le système européen de l’enseignement supérieur appelé LMD en France. Parmi les disciplines scientifiques, celles qui sont enseignées à Lyon 1 sont : actuariat, biochimie, biologie, chimie, génie électrique, informatique, management, mathématiques, mécanique, physique, sciences de la terre,… En Santé, l’offre de formation, très large, autorise une professionnalisation en médecine, pharmacie, odontologie, sage-femme et dans six professions paramédicales : kinésithérapeute, ergothérapeute, audioprothésiste, orthophoniste, orthoptiste et psychomotricien.

(source Wikipédia)

santé
sport
Enseignement
ingénierie
assurance
gestion et management
sciences et technologies