L’université Nice-Sophia-Antipolis (UNS, anciennement UNSA) est une université française pluridisciplinaire, créée en 1965, implantée à Nice et dans le département des Alpes-Maritimes. Elle accueille environ 25 000 étudiants, dont environ 1 300 doctorants et près de 20 % d’étrangers, répartis sur plusieurs campus et unités de formation et de recherche (UFR). Elle compte un peu plus de 1 300 enseignants, enseignants-chercheurs et moniteurs. Environ 200 thèses sont soutenues chaque année.

L’université Nice-Sophia-Antipolis est composée de huit facultés (UFR), d’un IUT, d’un IAE, d’une École polytechnique universitaire ainsi que d’une ESPE. Depuis novembre 2008, l’Observatoire de la Côte d’Azur lui est rattaché.

Histoire

L’enseignement supérieur apparaît à Nice au xviie siècle. Un collège de jurisconsultes, le Collegium jurisconsultorum niciensium, est créé en 1639 par les ducs de Savoie. Une école de médecine est également fondée à cette époque.

La vocation universitaire de la ville s’affirme ensuite au début du xxe siècle, grâce aux efforts d’universitaires comme Louis Trotabas ou Maurice Mignon qui créent, en 1933, le Centre universitaire méditerranéen (CUM), avec l’aide des collectivités locales et notamment de la mairie de Nice, dirigée par Jean Médecin. Son premier administrateur est Paul Valéry. Un Institut d’études juridiques en 1938, un Institut d’études littéraires en 1941 et un Institut d’études scientifiques en 1945 sont ensuite fondés. Une faculté de droit et de sciences économiques, rattachée à l’université d’Aix-Marseille, est implantée en 1962.

L’université de Nice est constituée en 1965. Elle est alors composée par les facultés de lettres, de sciences, et de droit et sciences économiques. En 1968, ces trois facultés sont implantées sur leurs campus actuels. C’est en 1989 que l’université prend le nom d’université de Nice Sophia Antipolis, en référence au technopôle voisin. Le siège de l’université est établi, depuis 1965, dans le parc et le château de Valrose.

L’université est autonome depuis le 1er janvier 2010, et n’a pas été retenue par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre du dernier plan campus, mais a obtenu le label « campus prometteur ».

Composantes

L’université est structurée conformément au code de l’éducation qui fixe l’organisation légale des universités en France. Pluridisciplinaire, elle dispose de neuf unités de formation et de recherche (UFR), trois instituts, deux écoles, ainsi que onze services communs. Elle regroupe environ 1 300 enseignants, enseignants-chercheurs et moniteurs.

Structures d’enseignement

Les formations en sciences sont principalement assurées par sept départements de formation au sein de l’UFR Sciences, dénommée « faculté des sciences ». On trouve les départements de chimie, d’électronique, d’informatique, de mathématiques, de physique, de sciences de la vie, et de « Terre, environnement, espace ». Cette UFR accueille en 2010, 3 815 étudiants soit 14,6 % de l’effectif total. Par ailleurs, il existe au sein de l’université une école d’ingénieurs, Polytech’Nice-Sophia, ainsi que l’Institut universitaire de technologie de Nice. La formation en médecine est assurée par la faculté de médecine qui compte 3 182 étudiants en 2010. Il existe aussi une UFR d’odontologie, dénommée « faculté de chirurgie dentaire », composée de neuf départements de formation et sous-sections.

Les formations en lettres et sciences humaines sont assurées par les départements de formation de l’UFR Lettres, arts et sciences humaines (LASH), dénommée « faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines ». Celle-ci accueille en 2010, 5 709 étudiants soit 21,8 % de l’effectif total. Dans le domaine des arts, lettres et langues, treize départements existent : langues étrangères appliquées, langue d’Oc, italien, russe, allemand, arabe, anglais, chinois, espagnol, grec moderne, hébreu, portugais, et français langue étrangère et seconde. Il existe également un Institut universitaire des langues chargé d’organiser les enseignements en langues pour les étudiants spécialistes d’autres disciplines. Dans le domaine des sciences humaines et sociales, on trouve les départements d’histoire, de philosophie, de psychologie, de sociologie-ethnologie, d’informatique, et un département interdisciplinaire « Études culturelles : dynamiques des sociétés contemporaines ». Le domaine des lettres est composé de trois départements : lettres classiques, lettres modernes, et sciences du langage. Enfin, les arts regroupent les départements de danse, de musique, de théâtre. Il existe également un département de la communication. Les formations en géographie dépendent de la faculté « Espaces et cultures » et de son département de « Géographie, aménagement et environnement durables ». Il n’y a pas de département d’histoire de l’art.

Les formations en droit et en science politique sont assurées par les deux départements de la faculté de droit et de science politique. Cette faculté compte 3 405 étudiants en 2010 soit 13 % de l’effectif global. Il existe également l’Institut du droit de la paix et du développement. Les formations en sciences économiques et en gestion ont lieu à l’Institut supérieur d’économie et de management qui accueille en 2010, 2 333 étudiants (8,9 %). Créé à la rentrée 2010, ce pôle est le fruit d’une idée de l’université pour valoriser sa position nationale dans la formation des étudiants en économie et management. Par ailleurs, il existe aussi l’Institut d’administration des entreprises de Nice qui fait office d’« école de commerce » de l’université, présent sur le même site.

Les formations en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) sont assurées par la « faculté des sciences du sport » depuis 1978. À la rentrée 2010, 869 étudiants y sont inscrits.

Enfin, la formation des enseignants et futurs enseignants est assurée par l’École supérieure du professorat et de l’éducation Célestin Freinet, dans lequel sont inscrites 733 personnes en 2010.

(source Wikipédia)

Sciences
Lettres, arts et sciences humaines
droit et science politique
médecine
chirurgie dentaire
sciences du sport
espaces et cultures